Blainville

Le territoire actuel de Blainville, issu de la Seigneurie de Blainville, s’ouvre à la civilisation vers 1750 avec la construction d’un manoir et d’un moulin aux abords de la rivière des Mille-Îles.

La Ville de Blainville tire son nom du Seigneur Jean-Baptiste Céloron de Blainville, vaillant militaire décédé au combat en 1756. À la suite du mariage de Suzanne Piot de Langloiserie (1700-1769) à Louis-Jean-Baptiste de Céloron de Blainville (1696-1756) en 1730, la part de la seigneurie dont elle a hérité de son père et qu’elle apporte comme dot deviendra le territoire de l’actuelle ville de Blainville.

En 1836, on assiste à la création de la paroisse de Sainte-Thérèse. Plus près de nous, en 1940, c’est-à-dire au moment de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement du Canada construit sur le territoire de Blainville une importante usine de munitions, le Camp Bouchard. Cette usine emploiera jusqu’à 6 000 travailleuses et travailleurs.

Ce n’est toutefois que le 12 juin 1968 que Blainville obtient officiellement son statut de ville et c’est précisément le 29 juin 1968 que le maire Roger Boisvert inaugure la Ville de Blainville. De 1968 à nos jours, la population de Blainville a plus que quintuplé, passant de 8 000 à 44 582 (Gazette officielle du Québec, janvier 2007). En mars 1999, Blainville se classait première au Canada au chapitre de la croissance démographique.

En 40 ans, six maires, mille réalisations
Depuis 1968, six maires ont dirigé la Ville de Blainville. Chacun d’eux, à sa façon, a contribué à façonner le Blainville que nous connaissons aujourd’hui.